village de moissey, foyer-logement du Mont Guérin

le foyer-logement pour personnes âgées (FPA), les archives

le bulletin interne n° 12, du 22 décembre 1991

auteurs spécifiés, directrice martine viel

Voir tout le menu FPA

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

 Editorial

 

Voilà enfin le n° 12, il a un peu de retard ! En ce début de nouvel an, nous le voulons porteur de joie et de bonne humeur, semblable à cette année qui commence.

 

Nous remercions particulièrement toutes les personnes qui y collaborent et qui par leurs articles et leur recherche permettent sa richesse et nous accueillons avec bonheur toutes celles qui viendront nous aider dans le futur.

 

L'équipe du foyer; Carole et Marie-Pierre gardes de nuit, Olga, Danièle, Claudette et Dominique agents de service, nos deux secrétaires Christine et Isabelle, Olivier et Martine vous présentent pour 1992 leurs voeux de bonheur dans notre maison, dans vos familles, avec enfants et petits-enfants, et surtout de santé, ce bien si précieux de vos jours.

 

Meilleurs voeux à tous !

 

L'équipe

  bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

NOEL AU FPA DE MOISSEY

Le 22-12-91

 Petit mot du Président du SIVOM.

 

« Après ce début remarquable des festivités de Noël en musique et avant de satisfaire à notre palais, permettez moi de vous dire ‚ quelques mots.

Quelle joie, mes chers amis, de nous retrouver ici, réunis pour la troisième fois à l'occasion des fêtes de Noël.

En 1989, cette salle à manger paraissait trop vaste aux quelques dix-neuf résidents qui s'y pressaient. Onze d'entre eux sont toujours présents aujourd'hui et constituent les piliers de ce foyer.

Alors que l'année 1990 voyait l'arrivée progressive d'autres résidents, c'est en novembre et décembre de la même année que bon nombre d'entre vous se précipitaient pour grossir cette belle famille, atteignant le nombre des 45 aux fêtes de Noël 1990.

1991 fut une année stable, 46 résidents en moyenne journalière avec une rotation de 28 % environ. Quinze nouveaux sont arrivés en 1991 alors que treize nous ont quittés pour raison de santé principalement. A cela s'ajoute la venue de deux gendarmes auxiliaires, qui, tout en renforçant l'effectif de la brigade locale, apportaient dans cette résidence un regain de sécurité et une note de jeunesse, chère à nos mamies .

 

Responsable de la gestion de cet établissement en tant que président du SIVOM, il m'était agréable de rendre compte au Comité Syndical réuni en assemblée générale le 16 décembre dernier, de la bonne marche du foyer conduisant à un bilan financier équilibré et tout juste satisfaisant.

 

Mais tout cela ne relève pas de la magie et c'est grâce à un personnel sérieux, compétent et dévoué que votre bien-être et votre sécurité ont été assurés dans la résidence.

 

Qu'il me soit permis de féliciter et de remercier : Martine - notre dynamique et dévouée directrice, Olivier - l'homme unique de toutes les circonstances, Christine - secrétaire discrète mais efficace, Danièle et Dominique - les pionniers du service, Marie-Pierre et Carole - vos anges de nuit, Isabelle, Claudette et Olga - nos trois stagiaires au début de carrière prometteur dans la noblesses des tâches, Madame Gillet, Maryse et Lucette - les trois fées de la restauration.

Je dis à toutes ces dames et demoiselles, aussi à Olivier, seul h ¸omme largué parmi douze femmes (heureusement que je suis là de temps en temps pour l'épauler, car le pauvre...), je leur dis, continuez comme cela et si par hasard la sérénité de votre action pouvait s'altérer, alors pensez à Alvaro, l'ange de Colombie surnommé Angelito, enfant surnaturel de douze ans qui, dans les bidons-villes proches de Bogota, s'emploie avec ses copains à sauver les personnes âgées de la misère extrême, de la déchéance, voire de la mort et cela dans des conditions épouvantables, avec une volonté et un courage inexorable, et alors vous serez ragaillardis. Car l'action extraordinaire d'Angelito vous noue les boyaux, vous secoue intensément, force votre lassitude.

 

Avant de terminer, je rappellerai à votre mémoire le souvenir de Mme Briffaut et de Mme Bombois, décédées en février dernier et nous aurons une pensée affectueuse à l'adresse de trois de nos résidents qui n'ont pu se joindre à nous aujourd'hui en raison de leur santé. Il s'agit de Mme Bouchard, de Mme Deguili, de Mme Tetefort.

 

Maintenant que la fête continue. Joyeux Noël à tous et au seuil de l'année nouvelle, mon épouse se joint à moi pour vous présenter tous nos meilleurs voeux pour 1992. Bonne santé à toutes et à tous. Bonne retraite aux anciens et pleine réussite aux plus jeunes.

 

Bernard Chauvin

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

 Les Fêtes de Noël.

 

 

Hé oui, les Fêtes de Noël sont déjà terminées. Olivier n'a pas encore enlevé les guirlandes et moi, je voudrais vous dire quelques mots sur ces moments de cordialité et de bonne humeur.

Je ne vous parle pas des petites gâteries ! Les chocolats, les goûters, pralines et confiseries furent distribués sans compter. Le hall devenait le rendez-vous des gourmands. A croire que les bureaux de la directrice et de la secrétaire étaient des fabriques de chocolat ! Madame Gillet, après ça, il va falloir nous mettre au régime. Je vous parlerai plus particulièrement de notre journée de Noël. Ce dimanche après-midi récréatif fut des plus sympathiques. Deux surprises étaient au rendez-vous : Gilles Berger, animateur jurassien et la visite du Père Noël. Gilles, morézien de 30 ans a su durant 2 heures nous faire rire et nous distraire. Avec ses chansons, ses gags et ses petites histoires, ce morézien, très connu des montagnards jurassiens nous a apporté plein de joie et il ne faut pas oublier qu'il avait mis le costume, les sabots et le bonnet de laine. Nous autres retraités avons appréciés les chansons du temps jadis et la musique de notre jeune temps.

Merci à Gilles pour ce bon moment. Nous espérons qu'il reviendra nous distraire encore.

La deuxième surprise , très attendue des enfants, était la visite du Père Noël. Il avait dans sa hotte des jouets et des cadeaux pour tous. Quel plaisir de voir les enfants répondrent timidement aux questions du genre : "est-ce que tu as bien travaillé à l'école?", "est-ce que tu as été sage?". Le petit oui ne sonnait pas bien fort.Quant à nous les anciens, nous avons reçu un magnifique petit pot de miel. A nous désormais les déjeûners gourmands ! Ils seront d'autant plus appréci Gés que ce miel vient de Moissey, il sera donc bien cher à notre coeur.

Voici les Fêtes terminées et pour ma part, je remercierai tous ceux qui nous ont rendu cette année agréable. Bonne et heureuse année à tous.

Louis Vuillermoz.

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

 LES GAUFRES

 

Plusieurs fois, au cours de l'année, on fait les gaufres. Cela crée une ambiance bien sympathique.

Je pense que tout le monde aime ça.

Dès le matin, notre directrice nous approvisionne en ingrédients nécessaires pour une fabrication de qualité, le beurre ne manque pas et tout le reste est à l'avenant.

Une bonne pâte lève pendant la matinée, en attendant 15 h, pour se faire dorer la pilule.

Trois ou quatre résidents s'affairent devant les moules électriques.

On goûte la première gaufre pour savoir si la pâte est à point.

Au fur et à mesure de la cuisson, qui diffuse une bonne odeur, Ïremettant en appétit, la distribution commence dans un partage équitable, elles sont croustillantes et chaudes à point.

Il y a les compliments d'usage, ça fait toujours plaisir.

De 15 h à 17 h, les moules à gaufres n'arrêtent pas de tourner, et tous se régalent.

Pourtant, nous ne sommes pas privés de gâteries, chaque goûter presque quotidien nous est gracieusement distribué : gâteaux, sirop, cidre ou tisane.

Merci au SIVOM pour son budget animation et pour sa générosité.

Merci à notre directrice qui se démène sans réserve pour arranger chacun de nous le mieux possible, merci au personnel.

En attendant les prochaines gaufres, je vous salue affectueusement.

Une résidente "gourmande"

 

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

PORTRAIT DU BENEVOLE

 

Le bénévolat, sur lequel repose le fonctionnement des associations, qu'elles soient sportives ou culturelles, se perd.

Phénomène de notre temps, reflet de notre société de plus en plus repliée sur elle même, toujours est-il que cette pénurie met en péril la pérennité même de ces asso ˜ciations.

Espèce en voie de disparition, le bénévole méritait bien ce portrait de lui, que nous avons déniché au hasard. Nous avons souhaité vous faire partager ce pamphlet. Ne vaut-il pas mieux en sourire ?

 

Le bénévole (activus benevolus) est un mammifère bipède qu'on rencontre surtout dans les associations où il peut se réunir avec ses congénères. Les bénévoles se rassemblent à un signal mystérieux appelé "convocation".

On les rencontre aussi en petits groupes en divers endroits, quelquefois tard le soir, l'œil hagard, le cheveu en bataille et le teint blafard, discutant ferme sur la meilleure façon d'animer une manifestation, ou de faire des recettes supplémentaires pour boucler son budget.

Le téléphone est un appareil qui est beaucoup utilisé par le bénévole, et qui lui prend beaucoup de son temps. Mais cet instrument lui permet également de régler les petits problèmes qui se posent au jour le jour.

L'ennemi héréditaire du bénévole est le "yaqua" dont les origines n'ont pu être à ce jour déte rminées. Le "yaqua" est aussi un mammifère bipède. Mais il se caractérise surtout par un cerveau très petit qui ne lui permet de connaître que deux mots "ya" " qua", ce qui explique son nom. Le "Yaqua", bien abrité dans la cité anonyme, attend. Il attend le moment ou le bénévole fera une erreur, un oubli, pour bondir et lancer son venin qui atteindra son adversaire, provoquant chez celui ci une maladie très grave : le découragement.

 

Les premiers symptômes de cette implacable maladie sont visibles rapidement: absences de plus en plus fréquentes aux réunions, intérêt croissant pour son jardin, sourire attendri devant une canne à pêche, et attrait de plus en plus vif qu'exercent un bon fauteuil et la télévision sur le sujet atteint.

Les bénévoles, décimés par le découragement, risquent de disparaître, et il est possible que dans quelques années, on rencontre cette espèce uniquement dans les zoos, où, comme tous ces malheureux animaux enfermés, ils n'arrivent plus à se reproduire.

Les "yaquas" avec leur petit cerveau et leur grande langue viendront leur lancer des cacahuètes pour tromper l'ennui. Ils se rappelleront avec nostalgie du passé pas si lointain où le bénévole abondait, et où on pouvait le traquer sans contrainte.

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

Petit mot d'Olivier.

 

La récupération du verre est maintenant bien en place. Toutefois il parait utile de rappeler qu'il ne faut rien mettre d'autre que du verre dans les casiers destinés à cet usage; enlevez les bouchons en liège ou en aluminium, ne pas mettre de bouteilles en plastique des sacs ou des déchets.

Il en est de même dans les casiers de récupération du papier; ne mettez pas les papiers entourés d'une enveloppe plastique.

Par ailleurs, je vous serais reconnaissant de bien vouloir mettre vos papiers de bonbons dans les cendriers et non dans nos bacs à fleurs .

Enfin pour améliorer l'hygiène de l'établissement nous avons fait une commande de sacs poubelles que nous vous revendons à prix coûtant (10 F les 25 sacs). Je les tiens à votre disposition.

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

Quelques règles d'or pour votre chauffage.

 

1°) Quand vous trouvez le réglage de la température qui vous convient, ne touchez plus aux thermostats.

2°) Quand vous quittez une pièce, ne coupez pas les convecteurs, ne les baissez pas non plus. Vous provoqueriez une surconsommation inutile. En effet, il est plus coûteux de réchauffer une pièce froide que de la maintenir à température.sauf à partir d'une absence de 48 heures.

 

3°) Dans une pièce dotée de 2 convecteurs, règlez les thermostats sur la même position. Sinon, l'un des 2 appareils chauffera beaucoup plus que l'autre, et la température, devenue irrégulière, sera moins confortable.

 

4°) Quand vous voulez faire baisser la température d'une pièce dans laquelle se trouvent plusieurs convecteurs, au lieu de couper l'un d'entre eux, règlez-les tous à une température inférieure.

 

5°) Quand vous aérez une pièce, coupez momentanément le ou les convecteurs avec l'interrupteur, sans toucher au thermostat. Et n'oubliez pas de r emettre en marche dès que vous fermez le fenêtre.

 

6°) En revanche, si vous baissez le réglage du thermostat, une baisse de quelques degrés permet de réduire la consommation d'un tiers.

 

7°) Vous rentrez de chez vos enfants ou de voyage. Vous avez hâte de vous réchauffer. En allumant les convecteurs, ne mettez pas les thermostats au maximum. Ce serait un gaspillage d'énergie. La température ne montera pas plus vite. Réglez les thermostats à leur position habituelle.

 

Pourquoi ? Parce que votre thermostat règle la température et non pas la puissance. En effet, votre convecteur marche à pleine puissance jusqu'à ce que le température souhaitée soit atteinte; et là, le thermostat coupe et allume le convecteur en permanence pour maintenir l'équilibre. Si vous poussez votre thermostat à fond, votre convecteur ne s'arrêtera pas une fois la bonne température atteinte. Résultat : vous avez trop chaud, vous ouvrez les fenêtres, ce qui Õ n'est ni confortable, ni économique.

Je reste à votre entière disposition pour toutes explications supplémentaires sur le réglage et pour des conseils.

N'hésitez pas et merci pour tout.

Olivier

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui durant cette année ont participé activement à la vie de la maison, préparation des gaufres, des jeux, décoration, aide à la confection des cadeaux de Noël, entretien des massifs et des fleurs.

Qu'ils trouvent en ces quelques mots, tous nos remerciements pour leur gentillesse et leur convivialité.

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

Tous les jeudis matins, Mme Wrobel vous propose des livres prêtés par la bibliothèque de Gendrey : un grand choix s'offre à vous. Si vous désirez des ouvrages particuliers, n'hésitez pas, demandez à notre bibliothécaire en relation avec le prêt central elle fera le nécessaire pour satisfaire vos besoins de lecture. Nous remercions Madame Wrobel pour sa compétence et sa gentillesse.

Bonne lecture à tous.

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

 DIABETE GRAS ATTENTION DANGER !

 

Le diabète gras est le type de diabète sucré le plus fréquent en France. On estime qu'il touche 700 à 800 000 personnes dont beaucoup ignorent leur état.

 

Il débute vers l'âge de 40 à 50 ans habituellement chez un patient obèse (80 % des cas).

A l'inverse du classique diabète du sujet jeune, nécessitant un traitement par insuline (diabète insulino-dépendant qui ne sera pas examiné ici), et dont les signes révélateurs sont évidents, le diabète gras se manifeste de façon plus insidieuse. Il peut être longtemps ignoré ou sous-estimé et ainsi évoluer en 10 à 15 ans vers des complications cardio-vasculaires très graves.

C'est souligner l'importance du dépistage de cette maladie, en particulier en cas de terrain à risque comme nous le verrons.

Ce dépistage précoce permettra, par un régime adapté et la pratique raisonnable du sport, voire par un traitement spécifique, d'éviter les complications et de prolonger ainsi la durée de la vie.

 

Qu'est-ce que le diabète ?

 

Le diabète est une acc …umulation de sucre dans le sang due à l'absence de sécrétion d'insuline ou à sa mauvaise utilisation par l'organisme. Dans le diabète gras, c'est le deuxième mécanisme qui est en jeu. La glycémie, ou taux de sucre dans le sang, est normalement de 1 g par litre (g/l) à jeun. Est considéré comme diabétique le sujet chez qui on retrouve lors de deux prélèvements consécutifs une glycémie à jeun supérieure à 1,3 g/l. Entre 1 et 1,3 g/l, on parle d'intolérance au glucose, à surveiller.

Cette augmentation du sucre entraîne très progressivement une altération des artères et des minces vaisseaux capillaires qui les prolongent.

 

Ces vaisseaux se fragilisent et s'épaississent parfois jusqu'à l'obstruction complète.

Ceci explique les complications du diabète :

- angine de poitrine, infarctus du myocarde,

- atteinte cérébrale avec risque de paralysie,

- atteinte des nerfs (polynévrite),

- artérite des membres inférieurs pouvant conduire à l'amputation d'une jambe,

- Ú insuffisance rénale,

- baisse de vision (le diabète est la première cause de cécité acquise de l'adulte en Europe),

- le diabète favorise également les infections.

 

Quand penser au diabète ?

 

Le risque d'avoir un jour un diabète gras augmente lorsque le patient présente :

- un excès de poids,

- un antécédent de diabète dans la famille, en particulier chez les parents,

- chez la femme qui a eu un enfant de plus de 4 kg,

- si la glycémie a augmenté lors d'un traitement aux corticoïdes.

 

Certains signes doivent alerter :

 

- soif augmentée, urines plus abondantes,

- fatigue

- démangeaisons cutanées,

- infections plus fréquentes de la peau et des muqueuses,

- troubles de la vue...

 


TRAITEMENT DU DIABETE

 

Son but est de normaliser la glycémie pour éviter les complications. Il repose sur trois règles essentielles.

 

1 - Le régime.

C'est le traitement de base. Il est fondamental. De très nombreux diabétiques seront équilibrés par les seules mesures diététiques.

Il n'existe pas de régime standard. Il se Ûra à fixer individuellement par une diététicienne sous contrôle médical.

D'une façon générale, il faudra diminuer la consommation de sucre dit d'absorption rapide (sucre en morceau, confiture...) au profit de ceux d'absorption lente (féculents, farineux...). Les fibres alimentaires (pain au son) sont préconisées, elles améliorent l'équilibre glycémique.

 

2 - L'activité physique.

Elle sera dicté par l'aptitude et les goûts du patient. Pratiquée régulièrement elle a un double intérêt : elle lutte contre l'excès de poids, elle entraîne une baisse de la glycémie en améliorant la sensibilité de l'organisme à l'insuline.

 

3 - Le traitement médical.

Il n'est institué que si le régime n'est pas suffisant pour normaliser la glycémie. Le choix du type de médicaments sera le fait du médecin traitant.

Son principal risque est la baisse trop importante de sucre dans le sang (hypoglycémie), source de complications graves pouvant aller jusqu'au coma.

Enfin, le traitement du diabète devra être associé à la lutte contre les autres facteurs de risque cardiovasculaires : hypertension artérielle, cholestérol, tabac.

 

Quelques conseils

• Lorsqu'il existe des antécédents de diabète dans la famille, en prévenir son médecin et surveiller votre poids.

• Le diabète est une maladie qui donne droit à une prise en charge à 100% par votre caisse de maladie.

• Certains médicaments peuvent être dangereux. Ne prendre un traitement qu'après avis médical.

• Se méfier de l'alcool qui peut favoriser des accidents hypoglycémiques ou entraîner nausées et vertiges lorsque l'on prend des médicaments anti-diabétiques.

• Aucune vaccination n'est interdite du fait du diabète.

• En voyage, emporter avec vous les comprimés en quantité suffisante, il est parfois difficile de s'en procurer du même type que ceux utilisés.

• Les mesures d'hygiènes sont fondamentales, traitement précoce de la moindre plaie, et prendre une attention toute particulière pour vos pieds qui seront l'objet de soins spéciaux.

 

CONCLUSION.

 

Maladie sous-estimée le diabète reste grave par ses complications. Et c'est entouré des conseils de votre médecin traitant ou de votre diabétologue, voire d'association de diabétiques que le patient prendra concience du risque encouru et qu'il adhérera mieux ainsi à son traitement.

 

Les diabétiques du foyer, les infirmières, avec la documentation de l'Association Française des diabétiques .(7rue Léopold Bellan Paris.Tèl:(1) 42.36.13.13)

 

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

 "Au pied du Mont-Guérin"

CLUB "LES PLATANES"

 

Nos activités :

- 9 septembre 1991 : sortie amicale à LAMOURA, organisée par la Fédération des clubs 3ème âge.

 

Le transport était assuré en car par la société Babeau Bernard d'Amange. 45 personnes assistent à cette sortie avec les clubs voisins, Brans, Frasne, Montmirey-le-Château et Champagney.

 

Comme les années précédentes (4ème), le village de vacances avait mis à notre disposition toutes les intallations intérieures et extérieures dont il dispose : piscine, télévision, salle de sports, jeux de boules, tennis, etc...

 

A 11 heure s à l'auditorium un film était projeté gratuitement : "La gloire de mon père". Après le repas, de nouveau à l'auditorium pour ceux qui le désirait, on pouvait assister à une représentation donné par le groupe théâtral du foyer rural de Vercia.

 

Ensuite, tous les amateurs de danse ont eu tout le loisir de profiter de la piste.

Retour à Moissey vers 20 heures.

 

- 11 septembre : réunion des membres du bureau. Préparation du coq au vin (traiteur : Mr Piot, Moissey) et distribution des boissons et gâteaux le jeudi.

- 13 octobre : au caveau : coq au vin. 75 personnes assistent à ce repas qui a été suivi par un après-midi dansant avec le magnétophone du club.

- 17 octobre : assemblée générale du club. 47 présents.

* Présentation du bilan financier.

* Election. Confirmation dans leur fonction au sein du bureau des trois personnes élues le 27/03/91 à la suite de démissions, soit : Mme Christiane Beuvart, 1ère vice-présidente ; Mr Jean Beuvart, secrétaire ! adjoint ; Mr Louis Vuillermoz, membre.

* Cotisation. Celle-ci reste fixée à 40,00 F.

* Calendrier des manifestations 1991/92.

* Questions diverses : coq au vin du 13/10/91.

 

- 24 octobre : réunion des membres du bureau.

Préparation du thé dansant du 17/11/91.

 

Nous remercions tous les membres du club et nous leur présentons ainsi qu'à leur famille nos voeux de santé , joie et prospérité pour 1992.

 bulletin mensuel du FPA, n° 12, du 22 décembre 1991

 

 DOUZE MOYENS POUR TUER UN CLUB OU UNE ASSOCIATION.

 

1°) N'assistez pas trop souvent aux réunions.

2°) Quand vous êtes présents, organisez-vous pour partir avant la fin.

3°) Le lendemain de la réunion, n'hésitez pas à critiquer les responsables du club ou du comité.

4°) Refusez systématiquement de prendre part aux activités du club.

5°) Lorsque le président parle ou qu'un confér 5encier adresse la parole, tenez vous assez éloigné et profitez en pour jaser avec vos amis.

6°) Prenez tout ce que vous offre le club et ne donnez rien en retour.

7°) Ne cherchez surtout pas à amener de nouveaux membres.

8°) N'apportez aucune aide aux projets du club en prétextant que vous n'avez pas le temps.

9°) N'acceptez pas de servir comme responsable ou comme membre du comité, c'est beaucoup plus facile de critiquer que d'agir.

10°) Si vous êtes invité à faire un travail quelconque, refusez tout simplement.

11°) Si d'autres membres du club donnent du temps et des efforts pour aider les projets du club, plaignez-vous en prétendant que c'est une petite "clique" qui mène le club.

 

Ces "douze moyens", parus dans une revue du CANADA peuvent franchir l'océan et s'adapter à tous nos clubs.

 

A MEDITER...

Voir tout le menu FPA

portail de moissey.com
e-nous écrire