village de moissey, au château

François Ier dort une nuit au château de Moissey

textes et images de Christel Poirrier.

 Le château de Moissey et quelques visiteurs.

 

 Le château de Moissey et quelques visiteurs.

Ce château, d'architecture douteuse comme l'écrivait Marquiset (c'était un gars qui s'appelait Armand) vers 1842, faisait vraisemblablement partie de la chaîne hôtelière Relais et Châteaux (formulation personnelle de qui est un fait caractérisant la Féodalité) puisqu'il accueillait à l'étape tous les grands médiévaux ou renaissants.

 

Comme ce roi de France qui s'appelait François, fut le premier à être venu à Moissey, on l'appela François Premier (hypothèse personnelle). C'était en 1525. François Premier voyageait, et pas à ses frais, entre le Milanais et l'Espagne: cap sur Madrid via Valence.

C'est au cours de la sixième guerre d'Italie, contre les ennemis associés Charles-Quint, Henri VIII et le Pape, que ce François fut capturé à Pavie (le 23 février 1525) et ramené en Espagne via la Franche-Comté. Les événements historiques témoignent d'une situation très enchevêtrée d'alliances et de trahisons, mais l'objectif principal pour François était de remettre la main sur le Milanais qui appartenait à sa grand-mère et dont il s'estimait héritier.

C'est ainsi que François Premier passa au moins une nuit au château de Moissey sous bonne garde, avant de rejoindre par la vallée du Rhône, Charles Quint, dans une demeure insalubre de Valence, pour enfin être "accueilli" à Madrid où il fut contraint de signer le traité du même nom, que d'ailleurs il renia dès qu'il fut libéré (15 mars 1526).

 

L'autre connu à avoir dormi au château est de Duc de Condé, en 1636, lorsqu'il est venu, pour le compte du roi de France, étriper les Dolois, et Dole, capitale résistante et comtale de la Franche-Comté.

Marquiset nous dit: "La veille du jour où le Prince de Condé ouvrit le siège de Dole, il vint se loger à Moissey où le château, dit Boyvin, faible en assiette commandée de tous côtés, lui fut livré par les paysans, sans aucune résistance, sous les assurances qui leur furent données d'un favorable traitement."

C'est le 28 mai 1636, l'année de la création du Cid de Corneille, que Condé (Henri II de Bourbon), s'approche de Dole avec 20 000 hommes et 8 000 chevaux. Malgré sa persuasion et sa ténacité, il est obligé de lever le siège le 15 août.

 

Au XXe siècle, la cour devant le château a été expropriée afin d'établir la Belle Place aux Camions que tout le monde connaît.

Après la dernière guerre, disons la plus récente, diverses familles ont occupé l'immeuble morcelé pour y demeurer. C'est ici, à gauche et au rez-de-chaussons, qu'ont vécu, de 1945 à 1950, les époux Curie (réparateur de vélos).

 

christel poirrier, moissey le 31 décembre 2006

 

extrait de al badil

 

du site

http://albadil.edaama.org/articles.php?id_article=315&theme=khilafah

 

En 1525, le roi de France, François 1er, était en guerre contre Charles Quint, empereur d'Allemagne et roi d'Espagne. Le 23 février, l'armée française est défaite à Pavie, en Italie. François 1er est alors emprisonné à Madrid.

La France s'est sentie humiliée par cette capture, mais son armée n'était pas en mesure de libérer son roi. Elle a demandé l'aide de l'Etat islamique, le Califat Ottoman à cette époque, en dépêchant un messager du roi de France chercher secours le 6 décembre 1525.

Dès le début de l'année 1526, en réponse à la demande du roi, le Calife Sulaymân al-Qanunî (celui qui suit la Loi), surnommé Soliman le magnifique en Europe, lance une offensive contre les régions contrôlées par Charles Quint, en commençant par la Hongrie, jusqu'à atteindre les portes de Vienne défendues par des mercenaires au service de Charles Quint.

Cette pression militaire a contribué à la libération de François 1er, le 15 mars 1526. Par la suite, celui-ci noua de nombreux accords économiques et militaires avec le Califat, qui s'appliquèrent sous son règne. Le Traité de Constantinople, conclu en février 1536, entre le Sultan Sulaymân al-Qanunî, Calife des musulmans, et François 1er, roi de France, en est un exemple. Ce traité accordait des privilèges à la France dans les territoires de l'Etat islamique qui n'ont jamais été accordés à aucun autre Etat.

auteurs

autres pages sur le château de Moissey

Christel Poirrier, 2007

François Premier dort au château de Moissey, 1525

Editeurs indiqués

Cartes Postales Anciennes, autour de 1900

Marcel Poisot

plaques photographiques du château, autour de 1900

Maurice Simeray

deux huiles sur toile du château, avant 1914

Ecole de Moissey

un tournage au château de Moissey, 1971

Anthony Generet, écolier de Moissey

images du château Lasnier, 1998

Claude fils de Paul Preney

le château de Moissey, journées du patrimoine, 1999

Editions Atlas ©2004

fiche extraite de "Châteaux Passions", Ed. Atlas-2004

Editions Atlas ©2004

villages de France, la fiche de Moissey, Ed. Atlas-2004

Christel Poirrier, 2008

entretien avec les nouveaux propriétaires, 2008

Les Dépêches, 1963

La chute nocturne de la Tour du Château Lasnier, 1963

Christel Poirrier, 2010

la cuverie du château, essai de restitution, 2010

Odette Vuillet, Claude Preney

Travaux des frères Vuillet de 1962 à 1965

Odette Vuillet, Claude Preney

La tour Est, côté Nord, images de Claude Preney

Odette Vuillet, Claude Preney

La Tour Ouest, l'unique en façade, images de Claude Preney

Odette Vuillet, Claude Preney

Le pont d'entrée, images de Claude Preney

Christel Poirrier, Isabelle Debreuille

souvenirs de Marinette Lasnier-Debreuille, 1996

René Delmas

le vieux Moissey, dans la nouvelle monographie de Moissey, tome I, 2014

portail de moissey.com
e-nous écrire